L'agroalimentaire va pouvoir généraliser l'usage de la stevia
Zouvon

L'agroalimentaire va pouvoir généraliser l'usage de la stevia. (Source : Le Monde daté du 2/12/11).

L'édulcorant " vert " est autorisé partout en Europe à partir du 2 décembre.

La stevia, l'" édulcorant vert ", part à l'assaut des consommateurs européens. A partir du vendredi 2 décembre, il est autorisé sur tout le Vieux Continent, que ce soit sous forme de sucrettes, ou comme additif au pouvoir sucrant dans des boissons, yaourts et autres confiseries.

Un certain nombre d'entreprises ont misé sur cette alternative aux édulcorants traditionnels, comme l'aspartame. C'est le cas, chez Merisant (qui possède la marque Canderel), Cargill ou Hermesetas. Chez les sucriers, Tereos, groupe coopératif français, s'est associé à PureCircle, l'un des spécialistes mondiaux de la stevia, alors que son concurrent, Daddy (Cristal Union) s'est allié à Cargill. Quant à Seppic, filiale d'Air Liquide, elle travaille avec la société coréenne Daepyung.

Longtemps interdite

Tous vantent, le côté " naturel " de la stevia, l'opposant à l'origine chimique de l'aspartame. Cette substance est extraite d'une plante poussant au Paraguay et consommée, à l'origine, pour son pouvoir sucrant par les indiens Guarani. Elle renferme une molécule, le stévioside, qui sucre 200 fois plus que le sucre traditionnel. Les Japonais ont été les premiers à s'en emparer, il y a une trentaine d'années. Européens et Américains ont, de leur côté, longtemps interdit la commercialisation du stévioside.

Les fabricants d'aspartame ne voyaient guère d'un bon oeil cette concurrence. Les critiques sur cet additif de synthèse se multipliant et la demande en produits moins caloriques se faisant pressante avec la montée de l'obésité, la stevia a suscité l'intérêt. Cargill s'est alors associé à Coca-Cola, gros consommateur de solutions sucrantes basse calorie pour ses boissons " light ". Ils ont isolé un composant, le rebaudioside, qui concentre les facultés sucrantes de la plante. C'est sous cette forme que la stevia est arrivée sur la table des consommateurs.

Elle a été autorisée, fin 2008, par la Food and Drug Administration aux Etats-Unis. En France, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a donné son feu vert à la stevia comme additif fin 2009, puis comme édulcorant de table en janvier 2010.

Les premiers produits agroalimentaires contenant de la stevia ont alors fait leur apparition. Coca-Cola a lancé Fanta Still, sans bulle. " Il contient 30 % de sucre en moins qu'un Fanta classique ", explique Claire Meunier, directrice nutrition de Coca-Cola. La société a mélangé stevia et sucre pour réduire l'arrière-goût de réglisse.

" Cet arrière-goût n'emporte pas l'adhésion de la majorité des consommateurs, en particulier pour les yaourts ", constate Karine Faour, responsable marketing de Taillefine (Danone), qui fait un bilan mitigé, dix-huit mois après le lancement d'une gamme Taillefine à la stevia : " Elle représente 2,5 % de nos volumes de yaourts Taillefine ", précise-t-elle.

" Fanta Still pèse 5 % des ventes de Fanta ", assure Mme Meunier. Teisseire a, lui, lancé une gamme de sirops allégés en sucre avec la stevia, et Joker des jus de fruits. L'offre devrait s'enrichir en 2012, alors que les portes du marché européen se sont ouvertes.

Laurence Girard



Dernière modification le 01-12-2011 à 14:18:09

Dernière modification le 01-12-2011 à 14:19:22

Dernière modification le 01-12-2011 à 14:30:19

Dernière modification le 01-12-2011 à 16:17:16

0 appréciations
Hors-ligne
Que reste il de la plante dans les produits proposés avec de la stevia ? un produit de synthèse ? De la chimie des groupes agro-alimentaire ! Pour sucrer je continuerai à utiliser du rapadura.
Vivre simplement pour que d'autres, simplement, puissent vivre (Gandhi)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres